10.12.2021

L'AETC, Association des techniciens céréaliers, interroge Agustín Del Canto, directeur général d'Okin.

La durabilité d'une entreprise bien comprise repose sur trois éléments parfaitement équilibrés : l'environnement, le social et l'économique et financier.

AETC : L'entreprise a vu le jour il y a 25 ans et, depuis, elle a réussi à maintenir sa position de référence dans le secteur du pain. Comment le secteur a-t-il évolué pendant cette période ?

Agustín Del Canto : Le secteur a mûri pendant tout ce temps. C'est à la fois une bonne et une mauvaise chose, car de nouveaux produits et concurrents arrivent constamment sur le marché. D'autre part, il y a aussi de bonnes nouvelles, car nous sommes devenus plus professionnels et nous travaillons dur, et très bien, pour ennoblir le secteur du pain, en apportant de la valeur et des solutions au client et au consommateur final. De la même manière, nous avons évolué en matière de marketing, en plaçant le consommateur et ses besoins au centre.

AETC : Le développement durable est l'un des axes stratégiques sur lequel repose l'avenir de l'entreprise. Comment l'entreprise fait-elle face à ce défi ?

Agustín Del Canto : Au cours des deux dernières années, à Okin, nous avons cessé de nous regarder le nombril et nous avons découvert un environnement sur lequel nous pouvons avoir un impact positif. De cette façon, la durabilité nous a donné un but et une raison d'exister. Nous devons tous être conscients, consommateurs et acheteurs, entreprises et gouvernements, que toutes nos décisions ont un impact sur l'environnement. À mon avis, la durabilité d'une entreprise bien comprise repose sur trois éléments, la durabilité environnementale, sociale et financière, qui doivent être parfaitement équilibrés.

AETC : Dans ce sens, les Objectifs de Développement Durable (ODD) établis par l'ONU sont-ils intégrés dans votre stratégie d'entreprise ? Comment ?

Agustín Del Canto : Dans notre entreprise, nous avons essayé d'être très pratiques, parce que nous sommes une PME et que nous n'avons pas les ressources d'autres grandes entreprises, mais nous sommes convaincus que nous pouvons avoir un grand impact sur notre environnement. Par conséquent, nous avons utilisé les ODD comme un outil pour nous aider à couvrir les besoins d'une entreprise qui veut être durable. Ainsi, une fois les ODD catalogués et classés, nous en avons identifié quatre ou cinq qui sont très proches de notre activité et qui peuvent avoir un grand impact. De même, dans un deuxième cercle d'influence, nous en avons trois ou quatre autres, puis le reste dans un troisième cercle plus éloigné de nous. En outre, nous avons créé un groupe multidisciplinaire qui travaille sur le développement, la conception et le suivi d'un plan annuel dans tous les départements pour le développement d'actions concrètes et spécifiques qui améliorent selon le prisme d'un des ODD. Par exemple, la réduction des intrants ou l'utilisation des déchets, la consommation d'énergie verte, la mise en œuvre d'un plan d'égalité et de conciliation familiale...

AETC: La numérisation et l'industrie 4.0 constituent l'un des défis de l'avenir dans le secteur du pain. Quels projets menez-vous à cet égard ? Quels défis restent à relever dans le secteur en termes de R&D&I ?

Agustín Del Canto : Notre entreprise est assez avancée en termes de processus et d'installations, notamment en matière de robotique, de big data, etc. En effet, nous utilisons depuis plusieurs années les nouvelles technologies pour comprendre et améliorer nos processus. Cependant, je vois cela comme une partie évidente de la 4.0. Si nous voulons vraiment être une entreprise numérisée, nous devons commencer à utiliser les outils 4.0 pour comprendre le consommateur dans ses moments d'achat, ses habitudes ou ses besoins. C'est l'une de nos tâches inachevées, en tant que PME ; utiliser les nouvelles technologies et les données des clients pour développer des produits à forte valeur ajoutée.

AETC : Dans le cadre de la XXXIIIe Conférence technique de l'AETC, votre entreprise a participé à la présentation "Présent et avenir de la chaîne de valeur céréalière en Espagne". Quelles conclusions tirez-vous de cette présentation ? Le secteur est-il sur la bonne voie ?

Agustín Del Canto : Ma conclusion, après avoir souligné les nombreuses préoccupations du secteur, est qu'il est essentiel que tous les maillons de la chaîne de valeur travaillent vers les mêmes objectifs, notamment en termes de durabilité. Chez Okin, nous croyons beaucoup à l'innovation ouverte et pour nous, il est très important de s'ouvrir à des agents ayant les mêmes préoccupations et les mêmes valeurs afin de pouvoir travailler ensemble pour développer des pains de qualité et durables.

AETC : Enfin, qu'est-ce que la participation à la conférence technique de cette année à Zamora a apporté aux professionnels de la chaîne de valeur des céréales et des légumineuses ?

Agustín Del Canto : En commençant par moi-même, il a été satisfaisant de pouvoir comprendre les préoccupations des producteurs de céréales et de farine, que nous partageons tous dans le secteur, afin que le produit puisse redevenir un point de référence dans le régime méditerranéen.

Fondée en 1994, OKIN - qui signifie « Boulanger » en langue basque (Euskera)- est une société familiale située sur la côte basque (à Zumaia, environ 40km de San Sebastian). Depuis le début, nous nous sommes dédiés à la fabrication de pains congelés en respectant la philosophie CleanLabel. Nous sommes reconnus pour la qualité de notre pain ainsi que pour la proximité que nous entretenons avec nos clients.

Made in Zumaia

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Contactez-nous

Tel. +34 943 865 650
Pol. Industrial Jose María Korta, parc 5, 20750 ZUMAIA (Gipuzkoa), Espagne
Artadi Alimentación S.L.
CIF B-20682522